Et si on rachetait Google ?

Soyons directs, la question ainsi posée amène principalement au financement de l’opération. Il serait temps de rappeler aux sieurs Page et Brin et leur hypermarché de l’hypertexte, que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Ne nous y trompons pas. Plus Google grandit, plus il s’affaiblit. Qu’on se souvienne de cette déclaration de Bill Gross en 2004, alors qu’il venait de vendre Overture et fondait Snap dans la foulée :

« La pertinence de Google décroit – le moteur commence à décliner, principalement parce qu’il est devenu une proie »

« Notre » proie pour être tout à fait clair (white hat compris et sans hypocrisie). Alors plutôt que de chasser de manière désorganisée, autant racheter Google, nous serions plus à l’aise dans les SERPs et @rudy_som remplacerait Matt Cutts avec souplesse et décontraction.

Plus sérieusement (mais pas trop)  voici une autre raison possible contenue dans cette note de Yann Moulier Boutang:

« Or ce service commun, cette infrastructure devenue indispensable à des centaines de millions de travailleurs de l’intelligence ou du soin du vivant, que deviendraient-ils si cette entreprise privée était fermée par ses actionnaires parce que ses profits ne seraient plus suffisants ? Nul doute que désormais le service de Google devrait être sauvé de la banqueroute tout autant que la finance du marché a été sauvée de la débâcle »

Tout ceci pour introduire un projet ancien qui a capoté et qui ne demande au fond qu’à renaitre de ses cendres. Il s’agit du projet GWEI pour Google Will Eat Itself.

.

Acheter des actions Google grâce aux revenus Adsense

Ses initiateurs, Hans Bernhard et Alessandro Ludovico [Neural.it] avaient pour intention d’acheter des actions Google grâce aux recettes générées par Adsense pour en prendre le contrôle. Autrement dit Google permettait de se racheter lui-même.

Entre happening digital et hacktivisme, le projet a officiellement avorté quand Google a coupé leurs comptes. Il y avait cette volonté de s’opposer au Click Stream Marketing 1)consistant à « suivre et retenir les traces virtuelles que chacun produit en cliquant de site en site, un parcours à travers le web qui forme une sorte de fil narratif sur les intentions et les désirs des utilisateurs » et à cette finalité poursuivie d’atteindre une Full Spectrum Dominance.

En 2005, l’argent gagné était de 2900 $ et avait permis d’acheter 12 actions. Le projet nécessitait une certaine patience puisque le temps d’acquisition de Google Inc. était estimé à 200 000 ans.

Le projet est donc ancien, certains le connaissent déjà. Mais il m’a semblé intéressant d’en rappeler l’existence pour les autres, à l’heure où Google affiche un regain d’agressivité dans sa volonté de formater le web selon ses propres canons.

 

 

 

 

Notes   [ + ]

1. consistant à « suivre et retenir les traces virtuelles que chacun produit en cliquant de site en site, un parcours à travers le web qui forme une sorte de fil narratif sur les intentions et les désirs des utilisateurs »

31 réflexions au sujet de « Et si on rachetait Google ? »

    • De ce côté là c’est réglé ils ont édité une troisième classe d’action qui ne dispose d’aucun pouvoir décisionnaire.

  1. Nombre de titres : 250.413.000
    Capitalisation boursière : 135.021,29 M €
    Et c’est pas pour dire mais 69,10% des titre appartiennent aux Dirigeants et Administrateurs.

    Du coup ça va être compliqué de racheter Google 😉

  2. Si l’idée est loin d’être bête, étant donné la valeur actuelle de l’action de Google et le temps estimé pour en acheter ne serait-ce qu’une centaine, j’ai bien peur que GG soit tombé bien avant et que notre investissement n’ait pas plus de valeur qu’une vulgaire boîte de conserve rouillée au fond du jardin.

    Comme on dit, l’espoir fait vivre 🙂

  3. C’est clair que l’idée et le concept sont vraiment séduisantes !

    Malheureusement, il faudrait l’appui d’une grosse pointure en interne chez Google pour pouvoir vraiment y arriver.

    Donc, une « taupe » ou un « activiste » au sein même de l’entreprise ferait la différence dans la balance mais en l’état, cela ne peut que rester une utopie à mon humble avis ! 😉

    Après, nous pouvons toujours créer une sorte d’association de SEO pour défendre nos « droits » mais il faudrait aussi qu’elle soit internationale pour avoir un quelconque « poids » …

  4. Plutôt que de tenter le rachat de Google, projet plus idéaliste que crédible, soyons plus intelligents et proposons le réinvestissement de nos revenus Adsense dans des projets déjà en cours qui pourraient mettre à mal le géant de la recherche…
    Il n’y a probablement pas besoin de racheter Big Brother pour le faire tomber, il suffirait juste de le bloquer dans sa croissance externe en arrivant avant lui.

    Bon je l’accorde, rares sont les projets ambitieux à quelques dizaines de milliers d’euros.

    • Il ne vous aura pas échappé que l’intérêt du billet n’était pas dans la faisabilité de racheter Google. Ce n’était pas à prendre « au pied de la lettre comme on dit » 😉
      La valeur de l’utopie n’est pas pragmatique mais dans sa puissance évocatrice par exemple.

  5. Nous sommes bien d’accord 😉
    L’idée est brillante et fascinante, même si morte dans l’oeuf, par contre cela amène bien entendu à réfléchir sur ce qui pourrait ennuyer au plus haut point Google.

  6. L’idée est tout simplement énorme, détruire le capital de l’intérieur est plus « facile » que je ne le pensais. Fin bon faut avoir le réseau de sites derrière là ^^

  7. Hehe, si on s’y met tous ensemble ça peut le faire mais si ça fait couler la boite, nos actions couleront avec !

    Pourquoi affaiblir leur pouvoir alors ? Économiquement parlant ce n’est pas très viable mais l’idée est en effet tout ce qui a de plus intéressante.

    Allez c’est partit, première action Google dans ma besasse…Mais non je préfère aller acheter de l’Apple 😀

  8. Le concept est beau vraiment et virtuellement je dirais meme que cela serait possible si nous etions tous assez activistes – et quelque part cela me fait plaisirs de me dire que possiblement si tous les SEO du mondes se donnaient la main on pourrait tous la leur mettre profond chez GG ou tout du moins avoir un peu de poids dans la balance –

    Une bonne chose pour les fondateurs de GWEI – si ils avaient 12 actions en 2005 aujourd’hui ils ont triplé a peu pres leurs mises – car leurs actions vaudraient un peu plus de $8,000. Un bon investissement dans l’absolu

  9. Google will eat itself a une belle puissance évocatrice, effectivement. Cela me fait également penser à la scène du manga Akira dans laquelle Tetsuo se transforme en intégrant/phagocytant tout ce qui l’entoure.

    Google croît, se débarrasse de certaines parties de son entité au besoin, en développe d’autres… Sa mutation est infinie. Les actionnaires aimeraient diriger cette énergie vers le profit pur, mais c’est sans compter le fait que Google est également influencé par cet élément internet.

    Google se nourrit du web mais ne peut pas le digérer pour autant. Et il se pourrait bien que le réseau des réseaux finisse par avoir la peau de son symbiote…

    signé : EtaZuni

    • « Une activité sans bornes, de quelque nature qu’elle soit, finit toujours par faire banqueroute. »
      Johann Wolfgang von Goethe

      Google ne sait plus de quel pieds danser.

  10. Dans l’idée de faire ch*er Google car il change un peu trop les règles du jeu, il n’y a pas 36 façons :

    1 – Monter une association internationale dans les 10 pays qui rapportent le plus d’argent à Google
    2 – Recruter un maximum d’adhérents webmasters / sociétés éditrices le temps d’avoir un poids considérables (il en faudra beaucoup …)
    3 – Se mettre en communication avec Google
    4 – Négocier un peu plus de souplesse et autres trucs qui nous pourris la vie.
    5 – Si la négociation échoue : A partir d’une certaine date, tous les adhérents et sociétés interdiront les Google Bot sur les « nouvelles » publications de leurs réseaux de sites

    6 – Si cela ne suffit pas, offrons lui en plus du pauvre petit contenu pour que les googlebot ne s’ennuie pas

    Objectif : Diminuer l’apport de contenu frais à Google jusqu’à le faire plier

    Google veut utiliser nos contenus tout en gardant les internautes pour lui. C’est quand même un monde !

    • Comme tu disais Papy, l’intérêt du billet c’est d’ouvrir l’esprit à une idée pas si utopique.
      D’ailleurs certaines utopies ont été réalisées : Google déja, Wikipédia, les USA, le Boutang, les communautés Emmaus (quelle belle humanité!), et Internet d’ailleurs aussi (ben oui je mixe tout ça)

      Bon coté Google, je repose une question PRATIQUE suite à la réflexion de @Yoan
      « Google veut utiliser nos contenus tout en gardant les internautes pour lui. C’est quand même un monde ! »

      Pour utiliser nos contenus, la meilleure arme de Google n’est-ce pas les micro-formats qu’il nous demande d’insérer dans nos pages ?????

      David

      • Tout à fait, les micro-formats sont des merveilleux codes pour récupérer des infos.

        Google est en train de se gaver avec ses données … et dans quelques temps, pour donner un simple exemple, il donnera lui même les ingrédients et le déroulement de la préparation pour faire une recette de cuisine.

  11. Mes revenus sont tellement bas, que je ne vous aiderait pas beaucoup. Mais je ne connaissais pas cette solution.
    Même si c’est impossible, c’est toujours marrant et intéressant ces petites solutions.

  12. J’ai fait un article sur un sujet inverse, il vous suffit de tapez sur Google: « google est fini » et trouver ma tête ^^

    Sinon j’adore l’idée de racheter mais je miserai sur l’égalité des chances, donc sur un concurrent.

  13. L’idée est marrante, mais il faudrait y mettre sacrément du notre pour arriver à nos fins !

    En tous cas c’est vrai que vu les tendances actuels du moteur à nous mettre des bâtons dans les roues si l’idée pouvait aboutir ça ferait un grand bien à tous le monde ^^

  14. En général il suffit de 33% pour obtenir une minorité de bloquage(à voir pour les société US)
    Dans le cas ou tous les e-commerçants français (100 000) souhaitais racheter 1/3 de GG, il faudrait que chacun débourse 600 000€
    Bon courage!

Les commentaires sont fermés.