Google: premisses d’une data-dictature soft

Ce post ne peut être compris sans avoir pris connaissance en prérequis de cette phrase de Noam Chomsky :

« La propagande est à la démocratie ce que la matraque est à la dictature ».

Ceci étant fait…

Google, le nouveau champion de la vie privée

Le site google.fr affiche en ce jour :

Google ne se contente pas d’être une entreprise à but lucratif. La protection de la vie privée est au cœur de sa volonté messianique

Il est enfantin de lire une réaction au scandale international de l’affaire Snowden. La NSA ne fait qu’appliquer la loi américaine en vigueur… Google réagit ici à une crispation de l’opinion publique et tente de reprendre la main après la fuite de milliards de dollars sur le marché du Cloud.

Le contexte est ironique puisque Google a déclaré la guerre à la vie privée depuis longtemps, cette dernière étant l’obstacle principal au flicage comportemental nécessaire à la publicité. Toujours plus ciblée, toujours plus poussée (et non trouvée), le modèle économique de Google repose sur l’indistinction entre vie privée et vie publique. Que d’ironie à les voir aujourd’hui se lancer dans une propagande sur le respect de la vie privée…

La censure selon Google

Google se fend d’être mécanique, c’est faux. Ses algorithmes sont bien trop chiches pour remplir correctement la tâche attendue. Alors il emploie des hordes de besogneux chargés d’évaluer la « pertinence » des sites web selon le cahier des charges établi par Google.

Une censure éditoriale de ce type relève typiquement d’un régime dictatorial. Dans les démocraties la liberté d’expression est en général associée à un droit fondamental. En France elle est protégée par l’article XI de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen garantie par la Constitution.

 

Résultat de recherche impartial et objectif

Le mot d’ordre, car si ces résultats naturels étaient faussés en fonction des intérêts particuliers, la crédibilité du moteur serait affectée. C’est ce qu’on pensait. Visiblement Google évolue et ne cherche plus à défendre cette impartialité comme source de sa valeur et de son « éthique algorithmique ».

Les résultats de recherches sont en avance sur la propagande officielle encore en vigueur. Maintenant lorsque Google lance un nouveau service web, il faut s’attendre à ce que ce dernier soit directement projeté dans les premières positions. Quoi de plus normal…

Renversement de valeurs

Lorsque Google parle de « démocratie du web« , la propagande atteint évidement son paroxysme. Si la firme consomme avec tant d’ardeur ce que le cerveau humain produit, c’est pour lui fournir en retour une impression de facilité, de rapidité, de monde simplifié à outrance par la grâce d’algorithmes secrets et magiques.

Déjà en 1970 Jacques Ellul avait compris pourtant:

« L’univers chiffré de l’ordinateur devient progressivement l’univers tenu pour réalité dans lequel nous nous insérons« .

Un pente glissante serait de laisser à Google le soin de penser, concevoir et fabriquer cette réalité.

3 réflexions au sujet de « Google: premisses d’une data-dictature soft »

  1. Big Brother. L’arrivée des Google Glass sera une goutte de plus dans l’enjeux principal de Google : concevoir la plus grosse base de données sur l’humain. Et bien entendu, qui dit données, dit business ;). (Je rappelle que +90% du chiffre d’affaire de Google = adwords)

    L’évolution de Google est bien entendu à la fois extraordinaire et effrayante. L’interconnexion de ses différents coeurs de métiers mériterait quelques thèses.

  2. Quand vous parlez des « hordes de besogneux chargés d’évaluer la « pertinence » des sites web », c’est en référence aux pingouins/panda ? tout ça est bien mis à jour à la man, pas vrai ?

  3. Les discours anti-Google sont parfois un brin démagogues. J’adhère toutefois aux reproches sur le double discours concernant la vie privée.

    D’un côté Google insiste sur sa mission de « protecteur de la vie privée », de l’autre il a obligé pendant un temps à utiliser son nom réel sur les profils Google+. Un bon réseau social n’est pas un réseau anonyme apparemment :).

Les commentaires sont fermés.