Google et Penguin: mise à jour contre le webspam, cliquez ici

Le 24 avril 2012, il semble que Google ait décidé de montrer que certains liens organiques ne servaient pas sont intérêt, c’est-à-dire sa régie publicitaire, et ce quelque soit le type de site, élevé aux hormones ou sous la mère. Peu importe réellement le site et l’âge du capitaine, c’est le message qui compte : s’en tenir à l’optimisation interne ou acheter des liens Adwords.

Répétition et différence, « c’est un beau roman, c’est une belle histoire… »

C’est à la fois un vieux reproche et un renversement de situation. Aujourd’hui c’est Penguin, hier c’était Bourbon ou Big Daddy. C’est un vieux reproche parce que toute nouvelle mise à jour de ce type accroît le soupçon sur Google de vouloir augmenter ses parts sur les liens payants. Et un renversement de situation, parce qu’en 2003, la mise à jour Florida avait pour but de réduire l’impact des optimisations internes (mais pas que), alors qu’aujourd’hui c’est l’inverse sur l’off site. Et l’on ne parle pas de Panda, qui pour l’instant a surtout permis d’éliminer une concurrence gênante sur le marché des comparateurs de prix, comme le rappelait encore il y a peu un salarié de Google.

Ce n’est pas tant l’aspect technique de cette mise à jour qui est abordée ici qu’un contexte général. Pour les analyses qui apportent de la valeur, hormis les gémissements de désespoir et la recherche vaine d’une causalité primaire, on pourra toujours se référer à Labisse (On est encore là) ou Sylvain (Araignées, papillons et… SEO ?). Sur l’aspect moral de l’affaire, il faut absolument lire la croisade du Claude Guéant de la politique de reconduite à la frontière de l’index Google 1)Olivier Dufez: « Mais concrètement dans son article, il [ndlr Matt Cutts] fait clairement la distinction entre le bien (le white hat) et le mal (le back hat ».

Le « webspam », une menace pour la qualité d’internet?

Le modèle économique de Google dépend du coût d’un lien « naturel » par rapport au prix de vente d’un lien payant. De ce point de vue, le « webspam » français n’est pas un facteur d’érosion de son monopole (91% de parts de marché). Google reste la marque considérée comme la plus essentielle par les consommateurs, devant des fournisseurs d’énergie ou de nourriture, ce n’est pas anodin.

Si l’on compte aujourd’hui en France dans les 40 millions d’utilisateurs d’internet pour environ 3 millions de sites (sur 550 millions au total), quelle est la part de nuisance du spam, des MFA, de la sur-optimisation en général ?

Une poignée de SEOs suffirait-elle à brouiller la masse des résultats de recherches ? Le niveau actuel de sur-optimisation est-il un risque pour le milliard d’euros de chiffre d’affaire publicitaire de Google en France ?

La menace parait faible. Par contre, chaque mise à jour est l’objet d’une vaste campagne de communication dont le tronc commun est l’amélioration de la pertinence des résultat de recherches. La mise à jour apparaît avant tout comme un outil commercial, un peu comme tous les deux ans Microsoft propose une nouvelle version de Windows.

Penguin créer de nouvelles infractions au Code Google

Un Code est un ensemble de dispositions normatives qui autorisent et proscrivent sous peine de sanctions. Dans son Code, Google a bien mis les choses au clair. Pour la firme, le SEO doit impérativement se réduire à une optimisation interne. C’est-à-dire que cette optimisation n’est justifiée que pour aider à surmonter les imperfections de l’algorithme, c’est tout. Toute autre forme d’action, externe en particulier, peut être considérée comme « une infraction » écrit Google (Une autre mesure pour récompenser les sites de haute qualité). Le mot est fort, impropre mais révélateur, puisqu’il désigne en français la violation d’une loi de l’Etat, (le terme vise donc un délit, un crime ou une contravention et ils sont votés par des représentants élus).

Source: http://www.michbar.org/pmrc/tips.cfm

La dérive sémantique est d’importance et sa banalisation par exemple avec ce néologisme « loi Google » est un stigmate révélateur. La justification d’une loi ne proviendrait plus de sa légitimité politique (d’un régime démocratique en l’occurrence), mais de la puissance économique de celui qui l’énonce. On reviendrait à un état primitif dans lequel seule domine la loi du plus fort (et du plus brutal). Dans ce contexte, le netlinking, avec toutes ses ambiguïtés, n’est pas clairement défini et n’est que toléré.

Peu importe par exemple le nombre de salariés licenciés à la suite d’une mise à jour. Que l’on parle de Twenga pour les comparateurs de prix ou d’Overstock (- 5% du chiffre d’affaire en janvier 2011), le seul critère motivant la décision est la préservation des intérêts stratégiques de Google. Tant pis pour ceux qui se trouvent dans une situation de dépendance non volontaire face au monopole écrasant de Google.

Google, bon qu’à vendre des liens hypertextes ?

Plus Google est financièrement dépendant de sa régie publicitaire, plus il est contraint de communiquer sur la pertinences des résultats « organiques ». Or c’est apparemment à contre cœur que Google semble confirmer sa principale fonction d’agence de publicité géante. Ce n’est au fond pas si glorieux que cela pour une société qui prétend englober la totalité de l’information et synthétiser l’ensemble des intentions humaines.

C’est le procès Google vs Oracle (violation de brevet) qui a révélé en 2010 la frustration de Google. La firme projetait de se diversifier sensiblement, en particulier avec la télé, la musique et la vidéo. Tel n’en fut pas le cas et bien au contraire la position du lien payant fut renforcée. On comprend dès lors l’importance de continuer à progresser sur le marché de la recherche d’information. L’enchaînement des opérations « Pertinence des SERPs» est assez naturel de ce point de vue.

C’est moins un problème technique que commercial. Isoler un réseau de liens artificiels est la plupart du temps assez basique, étant plus une question de coût que d’ingénierie. C’est pourquoi il est plus performant d’organiser des opérations de fishing par exemple. Chaque « durcissement » des critères est en faveur de l’optimisation interne au service de la visibilité payante.

Source : http://blog.iacquire.com/2012/04/10/googles-2012-phishing-expedition/

Malgré sa puissance, sa richesse et ses efforts, Google ne sait rien faire de mieux que de vendre des liens hypertextes. De fait, ce métier entretient certaines confusions entre ce qui est payant et ne l’est pas.

Le résultat de recherche, mathématique ou naturel ?

Réduire la neutralité théorique à ce qui relève de la nature ou de l’organique est une méprise enkystée dans le vocabulaire, elle n’en demeure pas moins un non sens. La neutralité mathématique n’est pas un synonyme de naturel. Liens payants et neutre ne diffèrent pas en nature. La vente de liens hypertextes sur-optimisés appelés « mots clés Adwords » repose sur la neutralité de liens non facturés, sauf indirectement (coût de production, charges, etc.).

Et quand on évoque la réelle neutralité d’internet, il se trouve que Google,  et c’est bien naturel pour le coup, suggère d’abandonner cette idée. Une position tenue discrète par le service de communication, peut-être accaparé alors à entretenir le mythe d’une neutralité intrinsèquement incompatible avec ses intérêts commerciaux.

 SEO et retro intelligence

A toute fin utile, le SEO repose sur le reverse engineering dont le sujet est l’étude d’un algorithme, ce que Tom Rusling commente fort à propos en assumant cette logique jusqu’au bout:

 « Our job as SEOs is not just to reverse engineer algorithms, but human intention as well »

Le SERP n’est jamais qu’une collection de liens hypertextes qui forment un produit d’appel dans une interface de recherche d’information gratuite [gratuit ici signifie que c’est l’utilisateur le produit vendu]. C’est à la base un domaine de chasse réservée.

Le SEO n’exploite aucune faille (au sens informatique), Google n’étant pas un système informatique sécurisé mais privé, ce qui est différent. Le SEO n’est pas une attaque informatique (d’ailleurs il est légal), il ne porte pas atteinte à l’intégrité du système et n’entrave pas son fonctionnement. Il consiste à comprendre et utiliser les critères de sélections des ingénieurs de Google, rien de plus.

Google n’est pas la victime du « webspam », il en est la cause. A charge pour lui d’assumer ses critères de pertinence. L’inversion de la cause et de l’effet n’est qu’une prouesse de communicant.

Les SEOs ne seraient ni plus forts ni plus intelligents, ils s’adaptent

Google est dans l’instabilité permanente, sa compréhension aussi par définition. Ne sachant trop sur quel pied danser, Google préserve ses liens organiques comme une poule autour de ses œufs. Rien n’est constant, établi ou figé. Ce n’est pas Matt Cutts qui l’a dit, c’est Héraclite.Un coup les meta données, un autre les textes, ensuite les liens hyertextes ou les analyses comportementales, la lutte est permanente. Face à ce principe de béta test permanent, on sait le risque fatal de la résistance au changement.

« Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements » (Charles Darwin)

Les SEOs ne seraient ni plus forts ni plus intelligents, ils s’adaptent, c’est tout.

Toute manipulation savante de lien est susceptible de nous péter à la tronche. A ce titre on peut remercier Google de nous stimuler toujours davantage, de nous imposer ce changement permanent qui vise au fond à nous rendre meilleur et qui, in fine, fait l’intérêt de cette activité hybride.

Google a au moins l’avantage de rendre le métier intéressant, dynamique et même mystérieux parfois. Au fond le comportement de Google est un puissant stimulant pour l’intellect et l’imagination. Alors qu’on commençait à s’endormir avec la publication automatique de textes linkés à une vache à lait, Google a su instaurer un doute quant à son incapacité à résoudre le problème du lien organique artificiel, en souffrance depuis une décennie.

Don’t be evil ?

Quant aux leçons de morale, visant à culpabiliser, voire criminaliser une fraction des SEOs (puisque Google parle d’infraction), il faut mettre les points sur les iiiiiiii. Certains en France ont fait profession de relayer le service de communication de Google. Ils confondent malicieusement application des Guidelines et retro intelligence, ce qui n’a rien d’évident.

  • Qui a été condamné par la Belgique pour violation de la propriété intellectuelle ? 2)Condamnation pour violation du droit d’auteur
  • Qui est en procès pour violation de brevets industriels ? 3)Procès pour violation de brevets industriels
  • Qui est accusé par l’autorité de régulation du commerce US pour abus de position dominante ?  4)Accusation d’abus de position dominante
  • Qui a espionné les utilisateurs d’Apple à des fins publicitaires ?  5)Espionnage des utilisateurs
  • Qui est visé par une enquête sur la loi anti-trust par l’Union Européenne ?  6)Enquête pour abus de position dominante
  • Qui a été condamné au respect de la vie privée en Espagne ? 7)Condamnation pour atteinte à la vie privée
  • Qui a été perquisitionné en Corée du Sud pour concurrence déloyale ? 8)Perquisition concurrence déloyale
  • Qui a augmenté de 40% ses dépenses en lobbying en 2011?  9)(Dépenses en lobbying, +40%
  • Qui a été condamné au Canada pour publicité illégale sur les médicaments ?  10)Condamnation pour publicité illégale sur le médicament
  • Qui a été accusé d’espionner 3.6 millions de routeurs aux Pays Bas ?  11)Accusations d’espionnages de 3.6 millions de routeurs
  • Qui a été assigné en France pour contrefaçon ?  12)Assignation pour contrefaçon
  • Qui a été condamné pour la violation du brevet Linux ? 13)Condamnation pour violation du brevet Linux
  • Qui a été condamné en France pour abus de position dominante 14)Condamnation pour abus de position dominante et injure publique 15)Condamnation pour injure publique)  ?

Quelqu’un veut-il s’amuser à compter le nombre de lois violées par Google dans le monde entier? Car il s’agit là d’infractions réelles, d’agissements réellement délictueux, dans des régimes démocratiques où les lois sont votées par des Parlements et non décidées de manière autoritaire par un PDG tellement riche qu’il en est à claquer ses dividendes dans la recherche de métaux précieux dans l’espace. Qui, pour finir sur ce point, fait l’objet d’un livre intitulé « Quand Google Defie le Droit : Plaidoyer pour un Internet transparent et de qualité » ?

Difficile de comprendre dans quelle mesure Google est autorisé à parler de qualité d’internet, de respect des internautes ou on ne sait quel créneau protecteur, (a fortiori de la part de celui pour qui la donnée privée est un fonds de commerce). Pour reprendre ses propres termes: « Ces techniques [Webspam] consistent à identifier des raccourcis ou des failles à exploiter, dans le but de placer les pages à des positions qu’elles ne méritent pas« .

L’idée que Google connait ce qui mérite ou ne mérite pas une certaine visibilité est une évolution idéologique. C’est la négation même de la  « neutralité » qui a forgé le principe de l’algorithme, justement pour éviter les dérives subjectives et marchandes.

Epilogue

L’idéal serait de remplacer le lien gratuit par le lien payant. C’est en ce sens qu’évoluent les SERPs. L’annonce faite il y a peu de fournir des résultats directs et donc de cesser d’être un intermédiaire entre la recherche et la réponse confirme cette tendance 16)Google va instiller de la sémantique dans son moteur de recherche.

Les marchés financiers semblent avoir eu raison de ce qui animait les deux étudiants dans leur garage. Dans Google God,  Ariel Kyrou rapporte: « Dès 2003, un journaliste du New York Times écrivait : « Google, combiné au Wi-Fi, ressemble quelque peu à Dieu. Dieu est sans fil, Dieu est partout et Dieu voit et sait tout. Depuis toujours, chacun se connecte à lui sans fil ».

Encore faudrait-il pouvoir choisir son dieu, ni même surtout pouvoir ne pas en choisir du tout.

Notes   [ + ]

45 réflexions au sujet de « Google et Penguin: mise à jour contre le webspam, cliquez ici »

  1. Enorme de travail de recherche de ta part Papy !!!
    Encore une fois il est intéressant de rappeler que Google n’est pas une entreprise comme les autres. Surpuissante, adulée par les foules, maître du gratuit, elle sait développer son capital sympathie. Leur stratégie repose avant tout sur le lien sponsorisé, et celui ci n’est pas infini. Il faut répondre aux actionnaires, contenter les marchés financiers tout en progressant tous les ans. Le SEO ne doit jamais perdre l’idée qu’il peut exister tant que Google y trouve un intérêt. Google n’a pas besoin des référenceurs pour vivre, d’ailleurs s’il souhaitait travailler avec eux, il mettrait à disposition des équipes comme il le fait avec le SEA…
    Business model fondé sur la pertinence, une piqûre de rappel comme Pingouin permet de réaffirmer sa présence et son intérêt pour « l’utilisateur-régie pub-pigeon ».
    Rien d’anormal sur le fond, moins glorieux sur la forme…
    Loïc

  2. J’interviens rarement ici mais j’aime beaucoup l’épilogue, parce que je crois que de plus en plus de SEO me ressemblant (petite agence avec expérience s’occupant principalement des secteurs TPE) orientent de plus en plus leurs prestations vers du sur mesure, des durées de contrat plus longues et des actions débordant (incorporant) de véritables actions de com et marketing, nous faisons vendre à nos clients par plusieurs canaux et Google en fait parti mais pas plus que les autres !
    Après tout, c’est notre aveuglement (généralisé) qui a fait de Google un « Dieu », à force de vendre de la première page google, on a dévié de l’essentiel : faire vendre à nos clients par tous les moyens existant et il y en a beaucoup.
    Personnellement, ce n’est qu’un avis, je ne crois pas que les mises à jour bougent vraiment les boites de SEO, notre métier est de s’adapter à Google entre ses règles et la tolérance factuelle que l’on peut deviner, les curseurs ont un peu bougé mais les règles sont resté les même non ?

  3. On est samedi, je faisais une petite sieste et je me suis réveillé en transe !

    Google n’avait plus besoin des référenceurs et les éditeurs de site et autres webmasters en tout genre qui lui permettent de proposer du contenu pour alimenter la partie organique des SERPs s’étaient réveillés.
    Un autre moteur de recherche arrivait à proposer un peu de concurrence,
    Le robot txt avec Disallow: / User-agent: Googlebot devenait le fichier le plus partager sur internet.
    « Le SERP n’est jamais qu’une collection de liens hypertextes  » qui subissait une coupe claire et le recours pour violation du droit d’auteur qui devenait une manne financière bien plus importante que Adsense !

  4. Google est hégémonique et ce n’est pas près de s’arrêter ! Je te rejoint sur le fait que cette MAJ en a stimulé plus d’un et qu’elle a remis les pendules à l’heure à un moment où bon nombre de SEO se reposaient sur leurs lauriers. Ta citation de Charles Darwin est parfaitement appropriée… Y a plus qu’à.

    Pour ce qui est de la mise en avant de l’amélioration des résultats, ce n’est que de la communication – comme tu l’as mis en avant les équipes de Google sont très fortes à ce jeu là – il n’y a qu’à regarder les SERPs actuelle pour s’en rendre compte…

  5. Bravo en effet pour la recherche documentaire.

    Je rejoins totalement deux points :

    Le premier est de Papy Spinning. Lorsque le reférencement naturel sera devenu plus couteux que l’adwords, Google aura gagné !
    Mais les SEO ont encore pas mal de cordes à leurs arcs.

    Le second de Sabattini. Les clients, tout comme certaines agences, ont parfois cru que seules des actions « basiques » de SEO pouvaient suffire à long terme.
    Non, je ne crois pas que cela suffise, le SEO ne doit être qu’un complément destiné à rendre plus visibles de vraies actions. Mais certains pensent qu’il peut permettre de cacher la crasse sous le tapis.
    Je comprends cette attitude pour un MFA, mais pas pour une véritable structure.
    Et puis en effet, Google ne doit sans doute pas être le seul canal de visibilité, c’est dangereux.

    • Le premier est de Papy Spinning. Lorsque le reférencement naturel sera devenu plus couteux que l’adwords, Google aura gagné !

      Il ne faut quand même pas oublier qu’adwords fonctionne sur un système d’enchères.
      Plus il y aura de monde sur adwords, plus il acheter son trafic y sera coûteux. Et vu la facilité avec laquelle les CPC s’enflamment sur cette plateforme, mon petit doigt me dis que le temps ou adwords sera moins onéreux (sur la durée) que le SEO n’est pas prêt d’arriver.

  6. Je dis respect pour ce billet !

    Les orientations prisent par Google ne risqueraient-elles pas de causer sa perte au bout du compte…

    Car, si en France, Google est LE moteur de recherche, il est loin de dominer les pays importants tels que le Brésil, L’Inde, la Russie et la Chine !

    Et la hantise de Google, c’est de finir comme Yahoo!

    En tous les cas, je crois que tout SEO rêve d’une alternative crédible à Google !

  7. Je pense que l’on peut continuer à faire notre travail de SEO à condition de passer sous le radar de notre ami M.C.

    Le seul point important est : comment faire pour que notre plateforme dédiée à remplir Google de spam ne soit pas assimilée à … une plateforme dédiée à remplir Google de spam (looooool !).

    Il faut que techniquement et visuellement, ces sites ressemblent à des sites d’informations.

    Pas plus tard que ce matin, je donnais l’exemple des pages de L’Express qui sont exactement ce qu’il faut faire :
    – des liens internes « désintéressés (soient avec plusieurs mots clés, éventuellement des portions de phrase, sans mot clé parfois, voire même sans une ancre d’intérêt).
    – varier la longueur des textes
    – varier le type de texte (phrases courtes, phrases longues, phrases simples, phrases compliquées), et ce, d’un texte à un autre.
    – garder une même ligne éditoriale et pourquoi pas avoir un thème directeur… s
    – ne pas hésiter à pointer des pages d’autorité (jusqu’à ce que ce type de lien soit ignoré par Google comme faisant partie d’une stratégie de recherche d’autorité)
    – les mises en pages ultra variées,
    – la baisse du taux de liens vers des sites sans autorité …

    etc. J’en passe et des meilleures. C’est juste une constatation rapide de ce qui pourrait fonctionner.

    ps : j’en profite pour rappeler que je me suis coltiné à écrire un petit machin sur cette mise à jour pandaesque voire penguiniste sur les conséquences de la mise à jour de l’algorithme de google pour combattre le spam.

  8. Salut Papy,

    Merci d’expliquer avec des preuves et des exemples, car nous sommes d’accord sur le noyau de la situation ce que je dénonce également dans mon billet (en lien). L’heure est grave pour espérer léguer à nos enfants un internet qui ne soit pas un vaste jeu de Monopoly Google…

    • Hahaha le truc qui me fait bien marrer moi sur Google c’est qu’il a penalisé je trouve des sites que je trouve propre pour certains. J’ai un site de cp: http://hgine.com, il n’a pas du tout bouger alors que bon j’utilise pas non plus des techniques approuvées par Google ^^

  9. Énorme travail de rechercher et merci pour ton article !
    Pour un samedi, ça fait du bien lire ça.

    Pour le moteur de recherche, une alternative sérieuse reste peut-être bing ou DuckDuckGo. Qu’en pense-tu ? Je me demande, encore aujourd’hui, comme fonctionne vraiment Bing… pour son fameux classement.

  10. Excellente sortie, qui nous rappelle à quel point il serait utile d’être irréprochable (exemplaire ?) avant de faire la morale de manière crédible.

    Sinon, de même que ce qui est bon pour General Motors est bon pour l’Amérique, ce qui est bon pour Google semble tout à fait bon pour la planète… pourquoi s’en faire ?

  11. J’aime bien cette analyse, surtout la fin 😉
    En fait j’ai envie de dire que plus Google est dur, meilleurs sont les SEO.
    Il y a de plus en plus d’apprentis sorciers qui ne maîtrisent pas la compétence et qui se permettent de spammer le web pour le compte de clients qui au final perdent tout 🙁 donc si ça peut écrémer un peu, ce n’est pas forcément plus mal.
    Enfin, l’expertise est de mise, et comme c’est indiqué dans l’article, il faut savoir s’adapter.

    On a tapé sur les CP, mais désolé, je ne suis pas d’accord.
    C’est la façon dont les supports sont utilisés qui rend un netlinking spammy. Le support en lui-même est clean (rappelez-vous les annuaires, hein 😉 )
    Réactivité, adaptation, réflexion et tout le reste constituent la base de notre métier. À chacun de savoir s’il veut être un pro ou un apprenti, mais dans tous les cas, ce n’est pas au client de payer les pots cassés.

  12. Super intéressant ton article, plus ça avance, plus le métier est intéressant et tu te remet en question chaque jour, c’est assez énorme comme sensation. Pour moi c’est loin d’être fini.

  13. Super boulot de recherche, belle analyse . Il est indéniable que ces mises à jours ne sont pas désintéressées . Google n’a que faire des impacts mais le coté loterie et remise en cause des positions du jour au lendemain pose de vrais problèmes sur le plan économique.

  14. Article très pertinent qui correspond à la vision que j’ai de cette mise à jour, le travail de recherche est remarquable.
    L’abus de position dominante fait partie du lot et des enjeux économiques, mais comment diriger l’internaute vers un second moteur pour rétablir un équilibre ?

  15. Quel article ! Heureusement que Sylvain a fait un lien vers cet article dans son dernier billet sinon j’aurais raté une belle réflexion de fond sur le pourquoi du comment des agissements de Google. Au regard de cet article, on comprend mieux cette communication et ces mises à jour continues de l’algo de Google.

    Et tous les agissements de Google mis bout à bout, comme tu le fais en fin d’article, font froid dans le dos ! Bravo pour cette doc !

    Sinon, ça faisait un bon moment qu’on avait pas lu d’article ici mais ça valait le coup d’attendre 😉

  16. Brillantissime analyse! Toutes ces infos sur google permettent d’ouvrir les yeux sur beaucoup de choses, et surtout sur le fait que Google ne représente pas une loi que l’on est obligé de suivre.

    C’est vrai qu’a entendre Google et certains pseudo WH (par exemple sur un forum de référencement très connu), ne pas suivre les fameuses guidelines, ce serait le mal! Don’t be evil? Mais lol!

    Mais qu’il aille se faire voir le Big G! Il n’est pas le maître du monde, contrairement à ce qu’il essaie de faire croire.

    En tous cas merci pour ce superbe article, qui prouve à quel point Google n’est en réalité qu’un Bot un peu débile ^^

  17. Pour ma part j’ai abandonné Ubuntu en version Desktop. La dernière version est inutilisable et je suis revenu (malgès moi) à Windows. Cela ne m’empêche pas d’utiliser la version server sur 6 dédiés, mais en attendant j’epère que Canonical va changer de politique pour l’environnement graphique de la version Desktop.
    Je suis vraiement très déçu.

  18. Ping : Google fait un carton dans les SERP cette nuit | Kaliseo

  19. S’il n’y avait pas eu autant d’effets de bord – sites « innocents » touchés – cet update n’aurait rien de spéctaculaire.
    Au contraire de la pensée générale, je trouve que Google annonce encore et toujours son aveu d’impuissance à lutter contre le BH. Les exemples affichés sur le blog de MC sont tragi-comiques. Il suffit de bosser à moitié du quart d’un peu comme il faut pour ne rien craindre.

  20. Bonjour,

    En même temps, si les SEOs suivaient uniquement les « guidelines » de Google, c’est à dire l’optimisation « on site », ce serait vite fait. Les SEOs ne pouvaient pas uniquement se baser la dessus. Il fallait bien qu’ils soient créatifs et aillent chercher d’autres idées, comme les sites de CP.

    Du coup, Google Pingouin a sanctionné des sites dont le référencement est basé sur des techniques « White Hat » alors que ces derniers ne sont pas du tout les plus spammys…

    Finalement, on se dit que faire du « White Hat » ou du « Black Hat », peu importe. Ce qui est important, c’est de monter dans les SERPs et récupérer du ROI.

    Google ne souhaite qu’une chose, c’est faire du profit et donc rendre plus coûteux la mise en place de SEO plutôt que de l’achat de liens Adwords. Business is business !

    Bravo pour cet article très bien documenté.

  21. Impressionnant article !

    Je suis curieux de savoir combien de temps a nécessité toute cette documentation … Bravo Papy ! 😉

    C’est marrant de voir que le siècle dernier, on faisait état du même constat concernant Microsoft et sa boulimie tentaculaire.
    Depuis, le jeu des chaises musicales a tourné et c’est Google qui en a profité et quand je dis profité, c’est au sens littéral.

    Cela dit, cette MAJ n’a bizarrement touché aucun des sites que je gère : Peut-être du au fait que j’ai utilisé toutes les possibilités de netlinking … Qui sait ?

  22. Au final on en revient toujours au meme constat quoi qu’il arrive – Il faut qu’un conccurrent valable sorte du lot – Il faudrait que nous retrouvions une situation au moins similaires a celles des années 2003/2004 ou en france il y avait encore d’autres moteurs qui avaient la faveur des internautes. Qu’il etait beau de voir un Voila ou un Wanaddo envoyer du 10% ou 15% de trafic.

  23. J’adore tes analyses qui ont vraiment l’avantage de nous rappeler avec qui nous travaillons toute la journée : Google !!
    Il ne faut pas nous plus oublier que Google est une multinationale qui a pour but avant toute pertinence de faire du profit et ce par tous les moyens, allant parfois contere la justice des pays où il est implanté.
    Le fait qu’il soit le moteur de recherche le plus utilisé le rend aussi plus vulnérable face au technique BH permettant de tiré parti de ces failles.
    L’annonces de plus en plus fréquentes des nouvelles grosses mise à jour, nous le confirme.
    Google veux resté le plus efficacie, le numéro un et pour cela il est prêt à passer les SERPS au rouleau compresseur pour faire resortir selon lui les sites les plus pertients.
    Et c’est bien là le problème, car quand on regarde les résultats sur certaines requêtes on peut remettre en doute cette pertience. ‘ex : casino en ligne ».
    Il est facile de trompé Google, et c’est parfois à cause de l’exploitation de ces faille qu’il a des procès (ex : google suggest).
    Bref c’est une éternel lutte entre les référenceurs qui essaye de tout faire pour bien se positionné et Google qui doit essayé de faire resortir les résultats les plus pertients, parfois on gagne, parfois il gagne, c’est le jeu.

  24. Eh bien il est rare d’avoir des articles de ce niveau dans la sphère SEO, bravo papy, notamment pour ton analyse et le travail documentaire conséquent!

    Penguin n’est effectivement qu’un enième ersatz de la chasse aux « fake links » opérée par google depuis 2005 notamment.
    Le paradigme reste le même, seuls les moyens d’arriver à ses fins changent…

  25. N’avez-vous jamais essayé les statistiques de votre Compte Google ? https://www.google.com/settings/activity/

    Vous découvrirez que lorsque vous êtes connecté à votre compte Google+ avec Chrome que chaque destinataire mail avec lequel vous échangez depuis Outlook apparaît dans les statistiques. Comment Google sait-il que j’ai envoyé un mail à un collègue alors que nous utilisons une messagerie interne exchange ???

    Espionnage Industriel via Chrome ?

    Deuxième remarque :
    Comment Google peut-il m’afficher des pages de démarrage que j’avais choisi d’enregistrer exceptionnellement il y a plusieurs mois alors que tous les jours je vais dans les paramètres de Chrome et efface :

    Effacer l’historique de navigation
    Effacer l’historique des téléchargements
    Vider le cache
    Supprimer les cookies et autres données de site et de plug-in
    Effacer les mots de passe enregistrés
    Effacer les données de saisie automatique enregistrées

    Comment LiveEnsure arrive à me reconnaitre sur EmailVision même après le nettoyage ci-dessus alors que sous Firefox ou IE9 LiveEnsure n’arrive pas à le faire après ce même nettoyage ?

    Je m’interroge sérieusement… Je poste ce message en utilisant le navigateur Chrome en étant connecté à G+. Google va-t-il en recevoir une copie aussi ?

  26. Quelque chose me dérange un peu : après les dernières mises à jour Google, on voit de plus en plus résultats non pertinents apparaître en première page. C’est maintenant qu’il faudrait qu’un concurrent pointe le bout de son nez car si cette tendance se confirme, Google est fini.

    Je m’explique : si un concurrent arrive et fourni de vrais résultats pertinents, à terme les internautes utiliseront le service de ce concurrent. Google ne sera donc plus utilisé et les Adwords, aussi bien mises en valeur qu’elles le soient, ne rapporteront plus rien.

    Je me trompe peut-être, et sûrement que les personnes de chez Mountain View y ont réfléchi bien avant moi, peut-être même qu’elles ont la solution, mais le virage que prend Google depuis que Larry Page a pris la place d’Eric Schmidt me paraît dangereux. Il y a un moment où les internautes seront lassés de voir uniquement des services Google en réponse à leurs recherches. Si un concurrent doit arriver, c’est maintenant.

  27. @Noviseo :
    Il y a tellement de services proposés par Google qu’il serait difficile de faire migrer tous les habitués vers un nouveau support moins complet…
    Il y a bien Bing en concurrent mais il ne décolle pas pour autant… Exaleads moteur français est également très performant pourquoi personne ne se tourne vers lui ? Google offre une grande réactivité, il fait partie du quotidien de 95% des internautes français dont beaucoup n’ont jamais connu le web sans Google… Je n’imagine pas Google péricliter dans les prochains mois, il faudrait un scandale énorme pour faire fuir quelques internautes. Même le scandale du pédophile qui bossait au Googleplex et profitait des informations confidentielles pour approcher des enfants n’a dissuadé personne…

    Difficile de faire tomber un géant (une décision de justice de dissolution serait plus efficace)

  28. Yo papy 🙂
    Le dernier comm’ m’ inspire… déjà de gros concurrents s’ y sont déjà disputés les parts (yahoo, ask, altavista, yandex,baidu), sans réels succès, quoi que quand on regarde yandex et baidu (moteurs plutôt locaux) ils sont très populaires.
    Et puis (je ne sais plus où j’ai plus lire çà) à force d’avoir rabaché aux internautes que {« google est ton ami » | »google is your friend »}, à force c’est devenu leur ami en effet à force de se faire rembarrer.
    Pour changer les habitudes des internautes , accroches-toi maintenant!
    C’est quasi peine perdue, à moins de faire le travail inverse mais avec arguments solides à la clefs pour convaincre les visiteurs de changer leurs habitudes.
    C’est comme les élections présidentielles, gauche/droite… on sait plus , enfin moi je sais plus, c’ est comme être {white|grey|white} HAT , moi je vais finir GREEN HAT 🙂

  29. @Valbou : c’est certain, quand je rêve à l’arrivée d’un concurrent c’est totalement utopique ! Comme tu le dis, c’est difficile (voire impossible ?) de faire tomber un géant.

    J’avoue être tout de même assez curieux de voir ce qui va se passer dans les prochaines années 😉

  30. Ping : Black Hat SEO, l'infographie | TiPi's blog

  31. La course à la rentabilité est en train de tuer le côté logique (mathématique ?) de Google. Peur de quoi ? De Bing, de Facebook qui pourrait lancer son moteur de recherche interne et avoir à disposition 900 000 millions de personnes ? Ou des cours de la bourse et des financiers ? Bref, je m’en tape, je m’adapterai

  32. Je suis d’accord avec vos conclusions et j’attends avec impatience vos prochaines mises à jour.

    [va falloir s’appliquer pour le spamco bonhomme…]

  33. Après avoir été en tête pendant des années sur un mot clé convoité, Pingouin m’a placé en 3 eme position et comme par hazard j’ai recu un coup de téléphone d’un commercial de Google pour me vendre des adwords. Hazard ou pas? that is the question.

    • Merci pour ce commentaire stimulant l’intellect au plus haut point et ne renvoyant que fortuitement vers un splog (avant modération cela va de soi).
      J’en profite ici pour remercier sincèrement les compliments présents en commentaires.

  34. Bonjour,

    Je vais la faire assez courte car je dois réagir à la lecture d’un si bon post.
    Je suis la communauté SEO depuis déjà de longues années.
    Je reste toujours assez bouche bée à la lecture de certains articles et surtout des vôtres -> Papy Spinning 😉
    Je lis vos écrits, comme j’aurai {du|pu|voulu} les rédiger, mais dans une moindre mesure et de façon sûrement bien moins professionnelle que vous.

    Encore bravo pour le partage de vos idées, réflexions et informations qui en découlent.

    Bonne continuation.

    Au plaisir de vous lire.

Les commentaires sont fermés.