La Nuit des Idées (et du café)

Le 23 mai aura lieu la première Nuit des Idées à Bordeaux et se tiendra au TNBA (Théâtre National de Bordeaux Aquitaine). Cette initiative provient de l’Université Bordeaux 3 (Guillaume Leblanc en particulier) en partenariat avec la librairie Mollat.

Toute la nuit,  de 19h30 à 06h00, s’enchaîneront des conférences, des workshops et des tables rondes autour de la thématique (plutôt vaste) : « L’Autre parmi nous… entre Atlantique et Méditerranée ».

J’aurais pour ma part le plaisir d’intervenir à deux reprises durant la nuit, invité par l’association Aquinum, sur le thème du numérique.

Vie privée et démocratie numériques : Google, le dindon et l’abeille

A la manière d’une fable de La Fontaine, la présentation de la problématique donnera lieu à des échanges ouverts sur la question des liens entre un régime démocratique et le respect de l’intimité de l’individu dans le contexte NSA-GAFA (groupement d’intérêts entre Sécurité et Marketing).

Le web est présenté comme une rupture avec l’imprimerie et la Renaissance, chaque individu étant doté à présent de la capacité d’écriture (et non plus de lecture seule). Or que se passe-t-il quand l’individu devient une « abeille » produisant gratuitement le miel de Google (Yann Moulier-Boutang) ?

Or le prix de cette « liberté », sensée accroitre le potentiel démocratique, consiste exactement à mettre fin à la vie privée. Dans ce cas, quelle serait cette démocratie où l’on serait totalement transparent à Autrui, aux régies publicitaires et au Etats ?

Si les sociétés californiennes ont officiellement déclaré l’inanité de la vie privée numérique, quelles sont alors les conditions de possibilité démocratique ?

L’intervention suivante se fera sous forme d’une présentation plus formelle, en voici le topo.

Le Mont Analogique: « roman d’aventures numériques, non googliennes et symboliquement authentiques »

Les hérauts de la numérisation des esprits voient en elle un Age nouveau digne des grandes révolutions de l’humanité. Révolution de l’écrit comparant la Renaissance au web, révolution des réseaux entre la vapeur (le rail), l’électricité (l’atome) et Internet (l’information). Nous nous sommes levés un matin et rien n’était plus comme avant. L’information-pétrole du « capitalisme cognitif » assurait l’accroissement des connaissances, des libertés, de l’intelligence, de la démocratie, bref, le Monde était meilleur… « sur le papier » en tout cas.

La question est simple. Il fait partie de la doxa aujourd’hui de considérer le paradigme numérique comme une révolution équivalente aux trois grandes précédentes. Le Roman de l’Humanité se verrait ainsi doté d’un nouveau palier, pour son bien…

Or Internet et son protocole TCP-IP ont environ 40 ans quand le petit frère Web a tout juste 20 ans. Est-on certain que l’invention du « Code informatique » et ses applications récentes marque réellement un changement d’ère si profond ? Quel recul nous permettrait, aujourd’hui, de comparer Facebook à l’invention de l’élevage ou Google à la domestication du feu ?

 

2 réflexions au sujet de « La Nuit des Idées (et du café) »

  1. La nuit des idées d’accord, à condition de ne pas travailler le samedi :). Mais je passais surtout pour prendre connaissance de ta réaction sur « le droit à l’oubli », sans doute dans les cartons ?
    Je constate en tout cas que les médias ne sont plus très tendres avec Google, FranceInfo propose par exemple « 3 raisons de se méfier »…

    • Je suis en train de préparer un truc sur ce « fameux » droit à l’oubli 😉 (et pas qu’eux).
      Oui… France Info et sa tambouille high tech, un must have, le journaliste change du tout au tout en fonction du vent…

Les commentaires sont fermés.