Le Mundaneum toujours plus décadent, toujours plus Google

On se souvient du marketing décadent célébrant l’union aussi fictive que toxique entre le Mundaneum de Paul Otlet (l’inventaire du web) et de Google, régie publicitaire et partenaire officiel de la NSA. Un marketeux avait même trouvé le slogan idéal pour rapprocher l’ « irraprochable », associant le Mundaneum à un « Google de papier ».

Aujourd’hui le Mundaneum s’enfonce encore dans la communication la plus crasse. Ainsi voit-on sortir une vidéo dans laquelle un historien parle de Paul Otlet et de « l’invention d’internet ». Une blague belge ?

Non. Après avoir souillé la mémoire de l’inventeur du web, les voilà partis dans un amalgame hallucinant par rapport au niveau d’exigence requis pour une telle structure. Ainsi les responsables du Mundaneum emploient-ils de manière synonymique les termes « internet » et « web »… On confond ainsi un Louis Pouzin et un Paul Otlet, sans vergogne, un peu comme si on mettait dans le même panier Copernic et Galilée au motif de leurs travaux en physique.

C’est bien connu, commutation de paquets, TCP-IP, hypertexte et www, c’est la même chose.

Cette indigence est d’autant plus mal venue que le Répertoire Bibliographique Universel du Mundaneum vient d’entrer au Registre du programme Mémoire du Monde de l’UNESCO, reconnaissant ainsi à un niveau international l’importance du travail de Paul Otlet. Le corpus se compose de 12 millions de fiches…

Encore bravo, un pas de plus est franchi vers un web poubelle, sans valeurs, sans culture, sans histoire, mais terriblement rentable pour les modèles économiques publicitaires.

 

Une réflexion au sujet de « Le Mundaneum toujours plus décadent, toujours plus Google »

  1. Je viens de voir cette petite vidéo, et c’est pas joli joli, la bêtise humaine a un très bel avenir, c’est la seule chose dont je suis sur :/

Les commentaires sont fermés.