WTF: Mozilla et son interdiction des cookies tiers nous rend moins libres

Le landerneau des publicitaires est en émoi. Le président de l’IAB (Interactive Advertising Bureau), Randall Rothenberg, s’est même découvert une fougue pour la défense des libertés et des droits sur le web :

« chacun d’entre nous perdra la liberté de choisir sa propre expérience en ligne, nous perdrons la possibilité de surveiller et de protéger notre vie privée ».

Que paso ? L’ICANN aurait-il été racheté par la Corée du Nord ? Nenni. Cette réaction engagée fait suite à la récente annonce de Mozilla d’interdire par défaut dans la prochaine version de son navigateur Firefox, les cookies tiers. Au contraire du cookie propriétaire, le cookie tiers permet de collecter des informations sur l’utilisateur sans qu’il ne se connecte au serveur.

Gentil publicitaire recherche gentil annonceur pour défendre la liberté

Il faut donc comprendre que le profilage comportemental, via l’intrusion de cookies souvent inconnus de l’internaute, était une valeur ajoutée à sa liberté et à sa vie privée. C’est ce qu’on aime chez les publicitaires, leur imagination. Les voilà donc costumés en chevaliers blancs de la Neutralité du web, pourfendant le méchant panda roux pour ses velléités liberticides.

Sur ce plan, on notera que Google semble partager la philosophie de l’IAB. En effet dans le même tempo, les philanthropes californiens interdisaient à AdBlock, (le plus célèbre bloqueur de cookies), de figurer dans le catalogue de Google Play. Il s’agissait peut-être pour Google de rassurer la junte birmane avant la visite d’Eric Schmidt, visiblement convaincu après son voyage en Corée du Nord, de l’intérêt des dictatures.

Bref, l’IAB et la plus grande régie pub du web (180 milliards d’affichage publicitaire par mois), semblent nous montrer le chemin d’un réseau plus libre, grâce à la surveillance généralisée des internautes. Accroitre la liberté de l’individu en accroissant son profilage et son contrôle est une nouvelle théorie. Elle aurait pu apparaitre à quelque poussiéreux philosophe comme un horrible oxymore, voire une simple injure à l’histoire de nos libertés (et des luttes qui permirent de les conquérir).

Pensons par exemple à ce démodé Eric Sadin, écrivant encore il y a peu dans Surveillance Globale :

« Le marketing est maintenant l’instrument du contrôle social, et forme la race impudente de nos maîtres ».  

C’est en connaissant les moindres désirs conscients et inconscients de l’individu, que l’on préserve donc au mieux sa vie privée. C’est donc en sachant tout de lui alors qu’il ne sait rien de vous qu’il sera le plus libre. Le profilage comportemental est donc bien une nouveauté à inscrire au registre de nos droits fondamentaux.

Magie de la publicité: comment le fichage libère

Dans cette nouvelle théorie, ce sont les démocraties qui oppressent et les dictatures qui libèrent. Les premières s’étaient données pour rôle de protéger les libertés en s’interdisant toute intrusion dans les consciences. Quelle horreur ! Les secondes avaient à cœur, pensons à l’illustre Stasi de la RDA, de ficher les individus et de connaitre leur intimité dans les moindres détails. Que de nostalgie…

C’est publicitairement logique: moins vous êtes libre, plus vous êtes libre.

Le contrôle des Etats sur les individus est un marqueur démocratique, dont la valeur est maintenant inversée par le publicitaire. Ce que l’on appelle physiquement « tyrannie » devient numériquement « liberté ».

Camarade Randall

Parc d’attraction numérique, champ de concentration de données personnelles, pâté pour lol Cat discount, le web est un vaste fichier de renseignement pour annonceurs affamés de marge brute. Pour mémoire, son inventeur officiel, Paul Otlet, y voyait un outil de partage des savoirs et des connaissances, accessibles à tous. Non pour violer intimité et conscience des individus, les ficher, les profiler et les manipuler, mais pour réellement leur permettre de s’émanciper.

Camarade Randall, votre conception de la liberté m’y fait préférer les galères.

5 réflexions au sujet de « WTF: Mozilla et son interdiction des cookies tiers nous rend moins libres »

  1. La fête a duré assez longtemps, mais je ne me fais pas trop de soucis pour les régies. Elles trouveront bien un moyen de continuer à vendre leur came.

    • Pour sur. On attend avec impatience le déploiement des puces RFID. Sinon en attendant l’internet des objets et l’ambition « Internet of everything » devrait représenter de belles opportunités. On le voit déjà avec ceux qui anticipent les Google Glass et le principe de la « ADmented Realty ».

  2. Très étonné de la réaction de Google à ce sujet! 😛 hahaha
    De toute façon ils trouveront bien d’autres moyens de contourner le truc, ou de mettre en place des moyens encore pus vicieux pour faire leur business 😉

  3. Heureusement que ces gens-là nous veulent du bien. On approche du Meilleur des Monde de Huxley

Les commentaires sont fermés.